14 C
Paris
samedi 13 avril 2024
spot_img

Rencontre avec Nelly Ben Hayoun et ses gonflables solaires à la Gaîté Lyrique

Pour les 10 ans de la Gaîté Lyrique, la designer Nelly Ben Hayoun imagine une œuvre-expérience solaire, à découvrir jusqu’au 6 novembre 2022. “Shiny Gold” est composée de champignons, poulpe, intestin et piscine à boules gonflables et hétéroclites que le visiteur et la visiteuse explorent. L’installation ludique incite à développer, par l’expérience, un autre rapport aux savoirs, notamment scientifiques. Inspirée par le goût pour le doré de sa grand-mère paternelle, ainsi que par l’histoire de Marie Curie et sa découverte de l’uranium, Nelly Ben Hayoun montre les connexions – rencontres heureuses – qu’il existe entre les différentes sources d’énergie et dont est constituée la vie.

Isaline Dupond Jacquemart : Pouvez-vous vous présenter ?

Nelly Ben Hayoun : Je suis Nelly Ben Hayoun, designer d’expériences. Je suis aussi artiste et réalisatrice de documentaires. Je m’intéresse aux manières dont il est possible d’introduire le sublime propre à la science dans la vie de tous les jours. J’ai d’abord suivi une formation en design textile à l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art. Puis, j’ai obtenu un Master of Arts au Royale College of Arts en design d’interactions. J’ai ensuite mené un doctorat en sciences politiques à l’Université Royal Holloway à Londres. Je suis aussi membre de l’institut SETI, un organisme sans but lucratif qui a pour mission d’explorer l’origine de la vie dans l’Univers. 

IDJ : Quelle est la genèse de l’œuvre Shiny Gold à la Gaîté Lyrique ?

NBH : Il y a 10 ans, j’ai été invitée en résidence à la Gaîté Lyrique par la directrice artistique du lieu, Jos Auzende. La structure venait d’être créée. Pour les 10 ans de la Gaîté Lyrique, Jos Auzende m’a proposé de concevoir une création spécifique. J’ai alors commencé de développer un projet portant sur les sources d’énergie.

IDJ : Comment avez-vous eu l’idée de faire une installation en structures gonflables ?

NBH : Initialement, je souhaitais créer un petit opéra autour de la vie de Marie Curie et sa découverte de l’uranium, mais le lieu qu’est la Gaîté Lyrique ne se prêtait pas à cela. Dans le cadre d’un autre projet intitulé “Tour de Moon”, j’ai tissé des liens avec un spécialiste de la fabrication de structures gonflables. Ce type d’installation était parfait pour mon projet avec la Gaîté Lyrique. 

IDJ : Que représentent ces structures gonflables ?

NBH : Dans l’œuvre-expérience “Shiny Gold”, le rapport au savoir devient ludique et tactile. Les gonflables de poulpe, de champignons, des mains de Marie Curie et les structures en polyester recouvertes de plâtre et enduites d’ultra-violet, représentant des morceaux d’uranium, cohabitent dans l’espace de l’installation. En mettant au même niveau ces éléments hétéroclites, je montre que toutes les sources d’énergie sont connectées, et qu’elles ne sont pas hiérarchisées. Tout fait partie d’un même écosystème.

IDJ : Qu’est-ce qui vous intéresse dans la création d’un écosystème dans lequel il est possible de déambuler ?

NBH : Avec l’œuvre-expérience “Shiny Gold”, j’imagine tout un monde dans lequel j’invite les visiteurs et visiteuses à entrer, sans leur imposer une manière spécifique d’évoluer à l’intérieur et de s’amuser. La scénographie constitue un guide, mais n’est pas contraignante. J’ai aussi envie que les différents gonflables deviennent des personnages. Pour la bande sonore, je m’inspire des animés japonais dans lesquels les personnages s’expriment avec de nombreuses onomatopées — ce qui renforce notre proximité avec eux. Ainsi, dans le cadre de l’exposition, je propose aussi une performance à destination d’enfants. À travers celle-ci, le gonflable représentant un intestin devient le personnage de “L’Intestin” et la piscine à boules dans laquelle il est possible plonger est personnifiée.

IDJ : Dans cette œuvre-expérience, il est possible de se déplacer dans l’espace, de toucher les différentes structures gonflables, une bande sonore est aussi diffusée. Pourquoi l’immersion est-elle importante pour vous ?

NBH : Je m’intéresse à des espaces transitoires dont l’expérience permet de transformer nos systèmes de pensées et d’interactions obsolètes — à rebours d’une approche de la science purement cartésienne. Celui ou celle expérimentant l’installation “Shiny Gold” peut développer à nouveau une relation ludique à son environnement, tel un enfant. Grâce à cela, il devient peut-être possible d’appréhender autrement les futurs, que l’on souhaite vivables.

IDJ : Quels éléments vous ont inspirée pour la création de Shiny Gold ?

NBH : L’omniprésence du doré dans cette œuvre-expérience est un hommage à ma grand-mère paternelle, Fabienne Ben Hayoun, née en Algérie et juive séfarade. Elle a toujours aimé l’or, qu’il soit vrai ou faux, le bling-bling, ce que je me réapproprie avec “Shiny Gold” à présent. Tout cela fait partie de mon héritage et cela inclut aussi le passé colonial de la France en Algérie. 

IDJ : Quelles ont été les différentes étapes de création ?

NBH : Tout commence par le dessin et les premiers croquis. Ensuite, je modélise les gonflables et l’installation en 3D. J’ai aussi puisé des éléments dans les peintures, aux multiples aplats dorés, que je fais : elles ont constitué une des premières pistes artistiques de l’exposition. 

IDJ : Comment avez-vous conçu la scénographie pour faciliter la déambulation entre les structures gonflables ?

NBH : La disposition évolue nécessairement entre la simulation 3D et l’installation physique. Une fois les gonflants positionnés dans l’espace, je me suis rendu compte que certaines dispositions ne fonctionnaient pas. Par exemple, telle structure obstruait la vue générale, ou alors sa proximité avec un poteau rendait la circulation dans l’espace pour quelqu’un en fauteuil, impossible. Il faut donc s’adapter de manière pratique. 

IDJ : Avez-vous nourri cette création de connaissances scientifiques particulières ?

NBH : Je me suis inspirée de la biographie de Marie Curie et de sa découverte de l’uranium. Pour extraire le radium de l’uraninite, minéral radioactif, la scientifique doit diviser, puis purifier et précipiter le matériau. Dans l’installation, cette histoire est matérialisée par les structures de polyester représentant l’uraninite et les mains gonflables de Marie Curie, porte d’entrée de l’expérience.

→ Œuvre-expérience “Shiny Gold” par Nelly Ben Hayoun à La Gaîté Lyrique, jusqu’au 6 novembre 2022
→ Expérience et visite gratuite

Articles

Nous suivre

144,000FansJ'aime
102,000SuiveursSuivre
32,151SuiveursSuivre
- Publicité -spot_img

Articles récents